BLOG

PATRIMOINE
2 oct. 2015

Les chênaies de Sakana, la mine de la construction navale basque

Les chênaies de Sakana, la mine de la construction navale basque

Le Pays Basque a été une terre de mariniers durant des siècles et il est certain que l'industrie navale a eu une grande influence dans la structure sociale et économique, autant sur la côte qu'à l'intérieur. A quelques kilomètres de la mer, jusqu'aux régions basques des Pyrénées.

 

Par exemple, les baleiniers du XVIème partaient à la chasse à la baleine jusqu'au Canada chargés de cidre, boisson facilement conservable et de peu d'alcool. Cela engendra une augmentation de l'industrie du cidre, et de nombreuses fermes de Gipuzkoa et du Labourd commencèrent à produire du cidre. Au retour, les barriques venaient pleines de graisse de baleine. Chaque barrique était vendue à 4.000 dollars canadiens et les bateaux comptaient chacun aux alentours de 1000 barriques. Par conséquent, chaque baleinier transportaient une marchandise d'une valeur de 4 millions de dollars canadiens, plus ou moins 2,5 millions d'euros actuels. Les basques commercialisaient la graisse de baleine pour éclairer les lampes sur tout l'Europe. Ils avaient le monopole, une affaire en or.

 

Beaucoup de forêts de la géographie basque étaient aussi exploitées pour la construction navale, comme c'est le cas des chênaies de Sakana (Navarre-Nafarroa). Selon un document d'Altsasua daté de 1563, le bois des forêts de Sakana été employé pour la construction des navires de Pasaia (Gipuzkoa).

 

Historiquement, les forêts de Sakana ont été la mine de la construction navale basque. Les chênaies étaient plantées et soignées pour garantir la qualité des navires construits : d'une part il y avait les chênes droits ou braves et, d'autre part, les tordus ou courbés ; arbres employés pour réaliser les pièces latérales des navires. L'Europe méconnaissait ces techniques de travail.

 

Les pièces nécessaires pour la construction des bateaux étaient travaillées en montagne : ils ne transportaient par les arbres entiers jusqu'aux chantiers navals mais, les pièces. En effet, il était beaucoup plus couteux de transporter les arbres entiers. Ainsi, ils obtenaient des navires compétitifs: des navires de qualité, assez standards et peu couteux. Tout cela explique comment une région telle que le pays Basque, avec une côte relativement petite et une orographie montagneuse eut une si puissante industrie navale.

 

Ceux qui étaient chargés de transporter les pièces étaient les muteliers, figure importante dans la société et l'économie de Sakana. A leur retour, ils apportaient aussi des aliments et de nouveaux produits de la côte. La chaussée de Bernoa, qui unit la Navarre-Nafarroa (Iturmendi) et Gipuzkoa (Ataun) et arrive jusqu'à Donostia-Saint Sébastien fut construite pour eux. Actuellement, la chaussée de Bernoa est en processus de récupération. Les majestueuses maisons d'Iturmendi et de la vallée de Burunda datent aussi du XVI et XVIII siècles, reflet du pouvoir social et économique des muteliers de l'époque.

 

La chênaie de Dantzaleku (Altsasu)

 

Albaola, la Factorie Maritime Basque (Pasaia, Gipuzkoa) et la réplique du navire San Juan XVIème siècle qui est en pleine reconstruction, prétendent faire connaître et divulguer le passé naval du Pays Basque.

 

La construction du baleinier San Juan se fait de manière tout à fait artisanale et traditionnelle, comme on le faisait au XVIème siècle et pour cela ils emploient 200 chênes des forêts de Sakana. Les techniciens d'Albaola ont visité les montagnes de Sakana avec des modèles des pièces nécessaires à la construction de la réplique du navire, afin de sélectionner les arbres un par un. L'élagage des arbres sélectionnés a été réalisé en suivant la tradition : les jours de lune décroissant d'hiver.

 

Dans la chênaie de Dantzaleku (Altsasu) il existe un parcourt interprétatif qui explique e illustre tout ce processus. Il fut inauguré il y a un an afin de montrer au public les anciennes techniques traditionnelles de sélection et d'élagage des arbres utilisés dans l'industrie navale. Le parcourt est de près de 700 mètres et d'une durée de 30 minutes. La chênaie de Dantzaleku compte avec plusieurs panneaux informatifs, tout comme une dizaine de modèles des pièces qui permettront au visiteur de découvrir et d'interpréter les pièces qui étaient réalisées avec ce bois.

 

Voici une proposition pour connaître et profiter de l'histoire de l'industrie navale basque à Sakana : visiter la chênaie de Dantzaleku, se promener par la chaussée de Bernoa et connaître  les majestueuses maisons des muteliers dans la vallée de Burunda.

 

Pour plus d'informations : www.sakondusakana.com

 

PARTAGER L'ARTICLE